3e DIMANCHE DU CARÊME « C » 2019

 Parole de Dieu : Exode 3, 1-8a.10.13-15; 1 Corinthiens 10, 1-6.10-12; Luc 13, 1-9. 

L’Évangile d’aujourd’hui contient un message nuancé : le Seigneur laisse entendre qu'il est impératif de changer nos vies, mais il nous dit en même temps qu’il nous laisse le temps de changer. Il y a nécessité, mais non précipitation. Dieu nous appelle à porter du fruit, mais il nous laisse le temps nécessaire pour y parvenir.

          Ce message ressort de la narration de deux épisodes concernant la mort de gens survenue dans des circonstances différentes. On rapporte à Jésus un premier cas : le massacre de Galiléens ordonné par Pilate; ensuite, c’est Jésus lui-même qui rapporte le cas de dix-huit personnes qui sont mortes alors qu’elles se trouvaient au mauvais moment au pied de la tour de Siloé quand celle-ci s’est écrasée. Les deux événements, pourtant différents l’un de l’autre, donnent l’occasion à Jésus de poser une question : ceux qui sont morts étaient-ils plus pécheurs que les autres?

           La réponse de Jésus est que le péché des victimes n’a rien à voir avec leur triste sort. Il précise que les victimes de Pilate n’étaient pas de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens et que celles de la tour de Siloé n’étaient pas plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem. En conséquence, « si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même ». Autrement dit, ces malheurs devraient vous faire prendre conscience de votre propre condition de pécheurs. Tous le sont et ont donc à se convertir.

           Le risque encouru par un refus de conversion n’est pas tant de mourir de façon cruelle ou accidentelle, mais de périr sans avoir eu le temps de s'ajuster au vouloir de Dieu.  « Vous périrez tous de même », i.e. vous périrez tous sans avoir eu le temps de conformer votre vie à ce que Dieu attend de vous. Cet appel à la conversion est développé dans la parabole du figuier improductif.

            Le propriétaire de l'arbre vient chercher du fruit mais n’en trouve pas. Il ordonne donc à son employé de couper le figuier immédiatement. Mais le vigneron lui dit:  « Laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier ». L’arbre n’a rien produit depuis trois ans, mais avec des soins, peut-être finira-t-il par en porter. Il faut tout faire pour l’amener à produire du fruit. Le délai accordé par le propriétaire veut souligner la patience de Dieu. C’est cette même patience, cette même bonté prévenante qui est manifestée par Jésus à l’endroit des pécheurs. Ne pas rejeter le pécheur, être patient, tout faire pour lui permettre de porter les fruits qu’il n’a pas encore réussi à produire : voilà les traits de la conduite de Dieu tels que manifestés dans le comportement et la prédication de Jésus.

            Ce que la parabole nous dit de Dieu, c'est qu'il est exigeant, mais bon, prévenant et patient. Dieu ne démissionne pas facilement devant l’impossibilité apparente d’un changement de la part de l’être humain. Il sait attendre. Il sait donner la chance au coureur. Tout comme le figuier, l’être humain existe pour porter du fruit. Mais, pour y parvenir, il est important de lui consentir des délais. Comme il n’est pas sage de menacer le figuier de produire dans des délais trop courts, ainsi en est-il pour l’être humain. Dieu lui laisse le temps requis pour produire du fruit.

            N’est-il pas sage en effet de donner la chance au pécheur de se ressaisir, de rompre avec un passé improductif, sans exiger que, du jour au lendemain, le but soit atteint? Si je suis ce pécheur et que j’éprouve de la difficulté à changer de vie, que je ne me décourage pas, car je sais que Dieu patiente, m’accorde un délai, mais sans pour autant atténuer ou réduire son exigence de me voir porter du fruit. Sachant cela, j’ai la certitude qu’aux yeux de Dieu je compte assez pour qu’il patiente suffisamment longtemps pour que j'en vienne à produire tous les fruits qu'il est en droit d'attendre de moi. Dieu s’attend à un rendement maximum... À moi de répondre le plus rapidement possible!

Please reload

Articles récents

February 28, 2020

January 7, 2020

Please reload

Archives
Please reload