25e DIMANCHE ORDINAIRE « C » 2019

 Parole de Dieu : Amos 8, 4-7; 1 Timothée 2, 1-8; Luc 16, 1-13  

« Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l'argent. » Réfléchissons quelques instants à cette sentence de Jésus. Elle conclut la parabole du « Gérant astucieux » qui nous montre qu'il est possible de faire un usage incorrect de l'argent à des fins personnelles – ce que Jésus appelle l'argent trompeur ou malhonnête - et que, dans ces occasions-là, nous savons faire preuve de beaucoup de débrouillardise et d'astuce.

         La procédure inventée par le gérant astucieux est ratoureuse, malhonnête, mais très habile. De nos jours, on en fait autant et, dans certains milieux, on invente avec ingéniosité des moyens encore plus efficaces. L’argent est utile et peut être un serviteur indispensable, mais il est souvent un très mauvais maître. Il nous séduit, nous enivre et, en un tour de main, il capture le cœur et l’esprit. Les anciens lui donnaient le nom d’un ange méchant : Mammon. Chaque être humain est menacé de succomber à la séduction exercée par Mammon.

         C'est le cas d'un homme qui était complètement obsédé par l'or. Il ne pensait qu'à ça, il en rêvait. Un jour, n'en pouvant plus, il se lève de son bureau et s'en va directement au marché public qui était bondé de monde. Il se rend directement à la table d'un marchand qui vendait des pièces d'or. Sans se préoccuper de la foule qui l'entourait, il ouvre un contenant, y enfile toutes les pièces d'or qui étaient sur la table et s'enfuit. Dans la foule, il y avait un officier de police en uniforme qui, témoin du vol audacieux, n'a eu aucune peine à le rattraper et à l'arrêter.

         Le policier l'amena au poste et, avant de le mettre en cellule, il lui dit : « Je ne vous comprends pas. Comment avez-vous pu commettre ce vol devant autant de monde et penser vous en tirer comme si de rien n'était? L'homme lui répondit : « Mais je n'ai vu personne, je ne voyais que l'or. »

         L'or, l'argent et les biens matériels sont capables d'aveugler toute personne non avisée jusqu'au point où tout le reste disparaît. Ils sont parfois si accaparants, si séduisants, ils ont un tel pouvoir d'attraction que tout le reste n'a plus d'importance et n'existe plus. On ne peut plus voir les besoins des autres, spécialement ceux des plus pauvres. On devient esclave d'une loi non écrite : s'enrichir le plus possible par n'importe quel moyen.

         Un écrivain américain a déjà dit : « à la fin de la guerre froide (à partir des années '80), s'est développé une immense passion pour l'argent et un désir fou de détruire le filet de sécurité sociale qui protégeait les plus pauvres. Il y a quelque chose d'horriblement laid dans le capitalisme et ce qui arrive présentement en Amérique : toutes nos valeurs sont asservies au désir de faire de l'argent ».

         Un autre écrivain, qui donnait une conférence à l'Université McGill lors d'une remise de diplômes, développait le thème suivant : si une personne a comme échelle de valeurs les biens matériels, elle sera en difficulté toute sa vie. Il disait : « Ne portez pas trop attention à la renommée, au pouvoir et à l'argent. Un jour vous allez rencontrer quelqu'un qui n'a aucun souci de ces choses et alors vous verrez à quel point vous êtes pauvres. »

         C'est en ce sens qu'il faut comprendre le message de Jésus. L’argent est bon quand il sert la vie des gens et leur liberté. Quand il sert de prétexte à l'enrichissement égoïste et à l’exploitation, il devient source d'esclavage. Chacun doit apprendre à devenir libre à son égard.

Please reload

Articles récents

February 28, 2020

January 7, 2020

Please reload

Archives
Please reload