1er DIMANCHE DU CARÊME « A » 2020

 Parole de Dieu : Genèse 2, 7-9; 3, 1-7a; Romains 5, 12-19; Matthieu 4, 1-11 

« Grandir dans la foi » : c’est le thème qui est retenu pour notre carême 2020. Il sous-entend que la foi en Dieu est un processus, un cheminement qui ouvre sur un avenir épanoui. Quelles que soient les conditions plus ou moins difficiles dans lesquelles nous évoluons et les épreuves que la vie nous impose, Dieu nous fait grandir par sa parole. Tout au long du carême, nous verrons que sa parole libère, relève, ouvre des chemins d’avenir. Autant de chemins qui nous font grandir dans la foi, même s’il faut faire des choix, se convertir et passer par la croix.

 

La croix, signe par excellence de l’amour de Dieu, est d’ailleurs le symbole privilégié pour ce premier dimanche du carême. Mais qui dit croix dit épreuve. Au jardin d’Éden, Adam et Ève sont mis à l’épreuve par le serpent, tout comme Jésus l'est par le diable au désert. Il y a des rapports assez étroits entre ce que le serpent propose à Ève et à Adam et ce que le tentateur fait miroiter à Jésus. En faisant référence à l’arbre qui est au milieu du jardin, Ève rapporte au serpent la consigne de Dieu : « Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez. » Le serpent dit à la femme : « Pas du tout! Vous ne mourrez pas! Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. » Sur ces mots rassurants et séduits par l’aspect désirable du fruit, Ève et Adam en mangèrent, puisque cela était censé leur procurer un immense profit personnel.

            Quant à Jésus, lui qui venait tout juste d’être baptisé et d’entendre son Père lui dire qu’il était son Fils bien-aimé, voilà que le Tentateur vient semer le doute dans son Esprit en lui disant à deux reprises : « Si tu es le Fils de Dieu ». Par trois fois, Jésus est mis à l’épreuve, il est tenté de renoncer à la mission qu’il n’a même pas encore commencée. Il « doit affronter les obstacles de toute vie humaine : l’appétit d’acquérir et de posséder, l’ambition de dominer et de soumettre, le goût de paraître et de se montrer, la fringale du scoop et du sensationnel. » [Hyacinthe Vulliez] Ces mêmes tentations sont encore bien actuelles et nous avons tous à y faire face à un moment ou l’autre de notre vie.

            Jésus est donc rudement mis à l’épreuve. Dieu n’est pas intervenu directement pour l’aider à résister à la tentation. Il l’a fait de façon indirecte, pourrait-on dire, car Jésus s’est constamment référé à sa parole : « L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu »; « Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu »; « C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, à lui seul tu rendras un culte ». Ces trois paroles de Dieu lui ont permis de résister aux séductions de Satan, auxquelles il sera d’ailleurs soumis tout au long de son ministère. C’est dire que la parole de Dieu demeure un guide sûr et réconfortant pour qui affronte la vie avec l’arme de la foi. Elle peut l’être pour nous aussi.

            Être vulnérable, commettre des fautes, avoir des doutes aux heures sombres, ce sont là nos limites mais, pour Dieu, elles ne sont pas invincibles, dans la mesure où nous savons nous en remettre à sa parole. N’est-ce pas ce qu’a compris le psalmiste lorsqu’il disait : « Oui, je connais mon péché, ma faute est toujours devant moi (…) Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu, renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit »?

Please reload

Articles récents

February 28, 2020

January 7, 2020

Please reload

Archives
Please reload