Le Pardon

"Avec Lui, renaître autrement" Que signifie renaître autrement?

Je crois qu'un bon moyen pour "renaître autrement" est d'être capable de pardonner.

Être capable de pardonner ou de recevoir un pardon, c'est une belle grâce que le Seigneur nous accorde. Seulement l'Esprit-Saint est capable de nous inspirer un tel geste. Tous les bons gestes ou bonnes paroles que nous posons ou disons nous viennent de l'Esprit-Saint. Au niveau humain pour pardonner il faut être fou ou amoureux. Le Christ a été follement amoureux de moi, de vous jusqu'à nous pardonner sur la  croix. C'est avec l'aide de l'Esprit Saint que nous pouvons y arriver.

Nous sommes tous pécheurs et appelés à être pardonnés un jour ou l'autre. Lorsque nous accordons ou recevons un pardon, nous sommes plus fort que le mal, que l'offense.

Le pardon commence toujours par la prière. Le vrai pardon est un chemin douloureux, long et difficile. C'est souvent après bien des larmes, des manques  de sommeil et l'aide du Saint-Esprit que nous pouvons y arriver. Le pardon est un chemin de guérison. Un autre chemin de guérison, (je vais peut-être passer pour vieux jeux, mais j'y crois,) c'est de recevoir le sacrement du pardon ou de la réconciliation.

Le pardon relève la victime et le coupable. C'est une occasion de renaître.

Oui! Renaître à la vie parce que nous goûtons à une paix et une joie intérieure difficile à décrire. Nous ne voyons plus la personne qui nous a pardonné ou de qui nous avons reçu le pardon avec les mêmes yeux. Je crois que cela va même plus loin parce que nous ne voyons plus les autres  de la même manière.

Pardonner, c'est être heureux de se retrouver ensemble, de fraterniser c'est rétablir notre relation avec Dieu. Si je suis incapable de pardonner qu'est-ce que je fais lorsque je dis le «Notre Père»? Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Que pensons-nous lorsque nous prononçons ces mots? Nous demandons à Dieu de nous pardonner  et nous demandons aussi la force, par sa grâce, de pardonner à ceux qui nous ont offensés. De pouvoir rentrer dans cette démarche de liberté qu'est le pardon. La liberté est le fondement de l'amour. Est-ce que je fais comme quelqu'un m'a déjà dit: «Je saute par-dessus ce verset car je suis incapable de le dire». C'est une solution facile, mais de courte durée.

Refuser un pardon peut même nuire à ma santé. Ça peut aller aussi loin que cela.

Si vous avez un pardon à donner ou à recevoir, demandez à l'Esprit Saint de vous donner la force et le courage pour le faire. Seul nous sommes vouez à l'échec. Avec Lui nous y arrivons. La vie est tellement plus belle par la suite.

Que l'Esprit Saint vous éclaire et vous guide.

Bon courage.

 

Réflexion de Sr Rolande Raby, agente de Pastorale

Ma foi

Ma foi...?

Pendant ce temps de pandémie notre foi est un peu ébranlée. Des milliers et des milliers de personnes, dans le monde entier, prient pour que cesse cette pandémie. Pourtant cela continue à s'aggraver.

La Parole de Dieu nous dit: «C'est pourquoi je vous le dis: tout ce que vous demandez en priant, croyez que vous l'avez déjà reçu, et cela vous sera accordé.» (Mc 11,24) Est-ce qu'il y a une personne parmi vous qui peut affirmer: «Moi! Je suis toujours exaucé.» Ou encore penser que personne ne sait prier comme il faut? Ou encore pire: affirmer que la Parole de Dieu est une farce? Ou encore croire que ce sont des paroles d'encouragement seulement?

Et non! La Parole de Dieu est vraie, je peux m'y fier.

- Qu'est-ce qui vous dit qu'elle est vrai et que vous pouvez vous y fier?

- Si je prenais le temps de regarder ma journée, je verrais que Dieu est toujours présent dans me vie. Il est là tout près de moi. Il me donne des signes, il me fait des clins d'œil et je ne les remarque pas. Ces clins d'œil ce sont un sourire, une bonne parole, un évènement qui m'arrive, etc. Il faut d'abord remarquer ces clins d'œil et aller plus loin qu'eux. Et si j'allais plus loin je découvrirais un signe de l'invisible, je rencontrerais Dieu, dans la personne de Jésus qui est la source. Il faut aller plus loin que les signes, mais aller jusqu'à la foi. La foi va plus loin que les signes. Les signes sont là pour me faire découvrir Dieu. C'est peut être parce que je ne vis pas assez en profondeur, que je ne suis pas assez attentive à mon vécu?

 

Alors qu'elle est-elle ma foi?

- Une petite étincelle enfouie sous la cendres.

- Une petite flamme qui vacille et toujours prête à s'éteindre.

- Je crois mais...

- Ou bien une foi solide bâti sur le roc.

 

En saint Mathieu 17,20 nous lisons: «Car , je vous le dis en vérité, si vous avez de la foi, comme un grain de sénevé, vous direz à cette montagne: Déplace-toi d'ici à là, et elle se déplacera, et rien ne vous sera impossible.» La foi, c'est se remettre en toute confiance à Jésus. Il sait que son Père peut tout et qu'il veut notre bonheur. La foi, c'est être capable d'attendre l'heure de Dieu et de s'abandonner en toute confiance, de l'accueillir vraiment dans ma vie de tous les jours. «... je vais être avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde.» Mt 28,20. En terminant, est-ce que j'accueille vraiment Dieu dans ma vie de tous les jours?

 

 

Réflexion de Sœur Rolande Raby, agente de pastorale.