3e DIMANCHE DE L’AVENT « C » 2018



Parole de Dieu: Sophonie 3, 14-18a; Philippiens 4, 4-7; Luc 3, 10-18

Cris de joie, ovations, allégresse, danse: le prophète Sophonie a vraiment le cœur à la fête, malgré le contexte très sombre dans lequel il se trouve. Il n’est pas le seul car saint Paul parle lui aussi de joie : Soyez toujours dans la joie du Seigneur (...) soyez dans la joie, dit-il avec insistance. Il lance cet appel alors qu'il croupit au fond d'une prison. On peut se demander si Sophonie et Paul en ont fumé du bon. Ils ne se sont même pas gardé une petite gêne. Mais puisqu'ils ont lancé leur appel vibrant à la joie alors qu'ils vivaient dans des conditions très difficiles, on peut vraisemblablement l'accueillir dans le contexte actuel qui, à plusieurs égards, n'est pas toujours réjouissant.

Aussi, posons-nous la question : que devons-nous faire pour avoir le cœur joyeux au milieu d'épreuves et de difficultés comme la maladie, le deuil, les échecs professionnels, conjugaux, scolaires et combien d'autres? Pour beaucoup de gens, les combats qu’ils livrent au quotidien offrent très peu de chances de se réjouir. Mais de quelle joie s'agit-il? La joie à laquelle invitent Sophonie et Paul est celle de l'attente. Le Seigneur est proche, dit saint Paul. Les paroles du prophète et de l'apôtre laissent entrevoir un avenir rassurant parce que garantit par la présence de Dieu : Ne crains pas (…) Le Seigneur ton Dieu est en toi, proclame Sophonie. La joie qui ressort des textes d'aujourd'hui est donc celle de l'attente et de la préparation de la venue de Dieu. Nous vivons dans l'attente de Dieu qui est en train de se frayer un chemin pour entrer dans l'intimité de nos cœurs. Il ne s'agit toutefois pas d'une attente passive.

Dans l’évangile, on nous dit que le peuple était en attente du Messie. À ceux qui lui demandent quoi faire pour se préparer à sa venue, Jean Baptiste fait un certain nombre de recommandations. Les réponses de Jean sont très concrètes. Aux foules, il demande simplement de partager, aux collecteurs d'impôt, d'être honnêtes et justes et aux soldats d'être non-violents. Ainsi, l’importance du partage, de l’honnêteté, de l’intégrité et de la non-violence est particulièrement soulignée.

En cette période de l'Avent, soyons à l'écoute de tous les appels au partage, à la solidarité et à la paix pour un monde meilleur et plus juste. En y répondant, nous connaîtrons une grande joie : la joie de donner et de savoir que nous pouvons procurer un peu de bonheur autour de nous; la joie liée à la non-violence et à la justice qui représentent un plus pour la construction d'une société égalitaire et respectueuse des droits de chacun. Il est toujours possible d'en faire un peu plus dans chacun de ces champs de fraternité et si le souci des autres est porté devant Dieu dans la prière, la joie sera d'autant plus vraie et profonde. L’apôtre Paul dit en effet : Soyez toujours dans la joie du Seigneur (...) en toute circonstance, priez et suppliez, tout en rendant grâce, pour faire connaître à Dieu vos demandes. C’est donc dire que le souci des autres porté devant Dieu dans une prière d’action de grâce est une façon concrète de vivre la joie qui nous distingue en tant que croyants.

Ce faisant, la joie apparaît liée à la présence du Seigneur en nous et parmi nous. Dieu est venu en la personne de son Fils, il est toujours présent au milieu de nous et il reviendra. Voilà la source de toute joie. Repensons aux paroles du prophète Sophonie : Le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui, le héros qui apporte le salut. Il ajoute que Dieu aura en toi sa joie et son allégresse. Il te renouvellera par son amour. N’est-ce pas là que se trouve la vraie joie de Noël?

Jean Baptiste a annoncé aux foules qu'après lui un autre viendra les baptiser dans l'Esprit Saint et le feu. Laissons cet Esprit nous entraîner dans une paix qui dépasse tout ce qu'on peut concevoir.


Articles récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Voir l'Isle-aux-Grues, un endroit unique!

Traversier de l'Isle-aux-Grues