2e DIMANCHE DE L'AVENT « A » 2019


Parole de Dieu : Isaïe 11, 1-10; Romains 15, 4-9; Matthieu 3, 1-12.

En ce deuxième dimanche de l’Avent, comment va notre espérance? Est-elle en croissance, comme le suggère le thème de l'Avent? Dans ce que nous vivons au jour le jour, que ce soit une maladie, une préoccupation familiale, une difficulté financière, un deuil, un problème au travail, avons-nous tendance à nous décourager ou à tenir bon, à tout laisser tomber ou à faire preuve de résilience? Ce que la parole de Dieu nous recommande, c'est, en toute circonstance, de faire le plein d'espérance, de voir l'avenir d'une manière positive.

À ce propos, le message du prophète Isaïe proclamé en première lecture nous fait réfléchir et nous questionne. Il annonce la naissance d’un descendant de David sur qui reposera l’Esprit du Seigneur. Grâce au don de l'Esprit, il fera naître un monde nouveau où règnera la justice, l'harmonie et la paix, il instaurera un monde d'où le mal sera évacué. Dans notre perspective chrétienne, nous reconnaissons que la venue de Jésus a réalisé cette grande promesse prophétique, mais nous ne comprenons pas comment il se fait que le mal ne connaît guère d'essoufflement. Au contraire, partout dans le monde et même dans nos propres maisons, de grandes souffrances sévissent. Mais rappelons-nous ce que saint Paul dit aux Romains : « Tout ce qui a été écrit à l'avance dans les livres saints l'a été pour nous instruire, afin que, grâce à la persévérance et au réconfort des Écritures, nous ayons l'espérance. »

Qu'est-ce que Dieu nous enseigne qui puisse faire grandir notre espérance? Le message de Jésus contient tout ce qu’il faut pour changer la face du monde, mais si nous restons sourds à sa parole, il ne faut pas se surprendre que rien ne change. Pour que son royaume de justice, d’amour, de réconciliation et de paix s’instaure, il faut l'écouter et changer nos cœurs; il y a toujours des choses à changer.

« Convertissez-vous », disait Jean Baptiste, autrement dit, produisez des fruits qui feront la différence. Jean attirait à lui « Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain. » Plusieurs ont fait l’effort d’aller à sa rencontre et de s’ouvrir à son message, parce qu’ils n’étaient pas heureux et nourrissaient l’espérance d'une vie meilleure. Le Baptiste invitait les gens à réviser leur échelle de valeurs et leurs priorités. C'est par là que ça commence. On ne peut pas changer grand'chose autour de soi si on ne commence pas par se changer soi-même. Son message est encore pertinent. Nous avons certainement des choses à changer dans notre vie pour être plus heureux et pour rendre le monde autour de nous plus beau, plus humain et je dirais même plus divin.

Il va sans dire que ce n’est pas demain la veille qu’il ne se fera plus rien de mauvais dans notre monde. Nous aurons toujours à composer avec la diversité et la complexité des personnes et des situations et leur difficile interaction. Cependant, il ne faut pas pour autant baisser les bras et penser que tout effort est inutile. Bien que nous soyons des êtres fragiles, susceptibles de manquer de confiance et portés à se décourager, nous devons croire en notre capacité de transformer les choses. À nous de puiser dans le vaste réservoir des Écritures l'inspiration qui nous permettra d’ouvrir notre cœur à celui qui vient. Ainsi, nous serons en mesure d’accueillir et de vivre pleinement la joie de Noël.

Articles récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Voir l'Isle-aux-Grues, un endroit unique!

Traversier de l'Isle-aux-Grues